Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

La phrase du siècle

Les pervers narcissiques, on le sait, ne lâchent jamais leur proie, ou celle qu'ils croient telle.

Après l'avoir traînée en justice pour la garde de leur enfant, une adorable petite fille, et lui avoir fait vivre un enfer qui l'a menée à une apparente fragilité, il l'invite à dîner et lui sort ... la phrase du siècle :

"Je n'arreterai de t'aimer que le jour ou on m'enlèvera les couilles"

Confusion pour elle. Romanesque pour lui. Deux planètes.

Comme l'autre m'avait offert son livre, il lui offrait ... son sexe.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marc Devriendt 24/08/2015 19:13

Elle m'a relaté le contenu de cette conversation qu'elle avec eue avec le "père" de son enfant lors d'une tentative de conciliation pour récupérer des conditions de garde acceptables pour elle et sa petite. Ça (sa phrase à lui) ne m'a pas étonné de la part de ce sinistre personnage, connaissant les agissements qu'il a eus pendant toute cette affaire. Je n'ai d'ailleurs jamais cru à la possibilité d'une issue acceptable de cette négociation qui s'est transformée en démonstration de pouvoir du vainqueur (pour l'instant) face à l'une de ses victimes mais je salue son courage à elle pour avoir tout essayé en faisant abstraction de son amour-propre.

Aline Tilleul 24/08/2015 23:30

Ceci dit, il faut qu'elle coupe avec ce taré. Il lui a fait assez de mal. Et s'il a prise il continuera. Il y a l'enfant, de toutes façons.

La soutenir à faire face.Les pervers narcissiques manient la confusion et se croient omnipuissants. Des fous ...

En réalité, je pense qu'il n'a jamais voulu élever l'enfant, comment ferait-il ? Bref, il est possible que le juge s'en rende compte si elle est bien représentée.

Il faut aller au procès, témoigner, rester calme et digne.

Finalement, la vraie force des pervers narcissiques c'est le lien interne qu'on a alimenté. Je l'ai vécu aussi. C'est moi-même qui ai donné prise. Et le lien, c'est ce livre, que je ne peux abandonner parce que je suis un écrivain et que l'occasion fut trop belle de sombrer en écriture.

frédérick Sermages 23/08/2015 17:42

la déchirure du couple en trois points. L'argent, le sexe et la nourriture. Et bien cela ne laisse pas de place à grand chose d'autre. Moi, je prends une pince et je les lui arrache, comme ça on n'en parlera plus. Suis trop dure?

Marc Devriendt 25/08/2015 13:12

Merci infiniment d'avoir pris le temps de me répondre.
Je lui montrerai votre commentaire.

Aline Tilleul 25/08/2015 12:31

Elle ne doit plus le contacter, ni rester seule avec lui. Evidemment ! S'il s'agit de l'intérêt de la petite, un tiers doit toujours être présent.

Elle ne se rend même pas compte de ce qu'elle risque ... Etant passée par là, je ne sais que trop bien de quoi je parle. On raisonne en humain, et on veut communiquer, face à l'incompréhension pour la cruauté (souvent gratuite, d'ailleurs), mais un pervers narcissique est dans un autre registre. Elle est un objet qui lui appartient, il veut continuer à jouer.

Sa phrase est maintenant dans sa tête, et tourne ... Il est riche, elle l'a aimé, aveuglée, c'est le père de sa petite ... Et cette petite peut devenir l'instrument d'asservissement idéal. Le sacrifice maternel, vous connaissez ...

Une relation qui a foiré à ce point n'apportera que le même scénario. Pire encore. Elle sera folle, après. C'est si bête d'espérer ... ou alors on veut aller jusqu'au bout, pour voir. C'est ce qui m'est arrivé. C'est pour ça que je suis si dure et inflexible. Je peux partager mon expérience maintenant, que personne ne comprend. Mais moi je comprends les risques pour les autres, et la complexité de l'être, y compris soi-même. Oui, c'est moi-même qui ai laissé la prise, toujours sous l'emprise d'un être que j'avais divinisé, car je croyais en l'écologie, et qu'il m'avait fait croire ... Sidérée du décalage entre image et réalité, les premiers signes ne m'ont pas suffi, j'ai ainsi perdu 8 ans de ma vie, plus le reste, car il y a eu une suite juridique. Par contre, j'ai perdu mon mari, et mon boulot. La curiosité en valait-elle la peine ?

Vous aussi, comprenez-le. Elle peut vous perdre aussi. Vous êtes son meilleur allié, et à ce stade, elle a vraiment besoin de vous. Accrochez-vous ! Il le faudra, car il ne va pas la lâcher comme ça ... Elle seule peut trancher ce lien, au moment voulu.

Elle le fera mais à quel prix ? A mon avis, elle a déjà assez payé ... qu'elle arrête les frais. Se reconstruire. et gagner en autonomie.

Que le procès se passe bien, et qu'elle ne trouve plus de prétextes ou d'occasions pour rester seule avec lui. Cet homme qui aurait pu lui apporter beaucoup, ou même tout, est en fait son meilleur ennemi, un prédateur qui ne pense qu'à l'avoir. Père de son enfant, j'imagine la confusion.

Pour vous, c'est dur. Le temps arrangera tout. C'est vous qui l'aimez vraiment, et qu'elle aime aujourd'hui. Résister.

Marc Devriendt 25/08/2015 11:38

Tout-à fait d'accord avec vous, Aline.

Elle doit pratiquer le "no contact" et - comme le lui a conseillé sa nouvelle avocate - si elle doit le rencontrer, il faut que quelqu’un l'accompagne.

Là, pour la rentrée scolaire, elle a accepté qu'il soit présent. Je pense que c'est une erreur mais je ne suis pas parvenu à la convaincre car elle pense que c'est dans l'intérêt de la petite.

J'avais les mêmes réserves à propos de sa tentative de conciliation après un jugement particulièrement désastreux mais elle a agit sur le conseil de deux amies bien intentionnées, mères célibataires également mais qui n'ont jamais eu affaire à un pervers narcissique manipulateur.

Moi, je ne suis que son compagnon. Je mets toute l'énergie que j'ai pour l'aider au quotidien dans sa lutte mais je ne peux pas prendre ses décisions à sa place.

Peut-être que des gens comme vous son plus à même de lui donner des conseils et surtout de les argumenter.

Aline Tilleul 23/08/2015 18:17

Pas pour moi, Frédérick Sermages. Belle analyse sur la déchirure du couple : l'argent, le sexe et la nourriture.