Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Qui suis-je ?

Vous avez envoyé à ma secrétaire un mail assurant que Aline Tilleul était l'un de mes pseudonymes et que j'étais l'auteur de l'ouvrage érotique signé de ce nom, « La fille qui n'aimait pas ses seins».

Jean Paulhan a fort bien vécu toute sa vie en démentant mollement la flatteuse réputation avoir écrit « Histoire d'O » et ce n'est qu'après sa mort que Dominique Aury a avoué en être la véritable auteure.

« La fille qui n'aimait pas ses seins » n'a pas toutes les qualités littéraires du roman de Dominique Aury, mais il en a d'autres. Par endroits vraiment émouvant, ailleurs plus teinté d'humour, il dépasse le niveau des romans érotiques « soft » de qualité que l'on trouve
dans la collection Pocket, qui fait référence en termes de diffusion. Je partage assez les
commentaires élogieux des lecteurs de ce texte, au nombre de 5 000 déjà. Le souvenir
que j'ai conservé des chapitres restants que vous n'avez jamais mis en ligne ni édités ne
dément pas cette impression.

Je vivrais donc très bien une situation à la Paulhan (Montherlant et Malraux ont aussi été
soupçonnés d'avoir écrit « Histoire d'O » et n'ont pas plus vigoureusement protesté.)

Mais parlons gros sous. La fréquentation sur le site XXX de « La fille quiŠ » est de 5200
lectures. Vous auriez pu, après avoir aguiché les lecteurs, vous arranger pour ne donner la suite
qu'en pdf à 2 euros, et même faire plusieurs fichier pdf : nul doute que vous auriez déjà
gagné quelques milliers d'euros. En publication libre vous gagnerez à peine plus, mais en
publication « classique » genre Pocket , donc diffusé dans la plupart de librairies de bonne
tenue, comme dans toutes les gares de France et de Belgique, vous gagneriez de l'ordre de la
dizaines de milliers (voire plusieurs dizaines de milliers) d'euro par an pour ce seul livre, sans
compter les droits sur les traductions ou, jackpot, l'adaptation cinématographique.

EnfinŠ quand je dis « vous », je veux dire Aline Tilleul. Il m'est assez facile de montrer vos
mails ou quelque éditeur que ce soit, pour le convaincre que je suis le propriétaire intellectuel de « La Fille qui Š », d'autant que je possède une version inédite des chapitres manquants.
Je peux donc facilement m'en faire attribuer les droits d'auteur.

Et en attendant je vais vous poursuivre en justice et vous faire condamner injustement pour calomnie, etc ... afin que de votre vie la vérité n'apparaiisse jamais.

Bref, ou c'est moi ou c'est vous qui empocherez ce pactole, mais vous m'avez donné toutes les armes pour que ce soit moi.

Votre attitude est d'autant plus puérile que vous gémissez de votre pauvreté. C'est vrai qu'au prix où vous étiez payée, 20 000 euros de droits d'auteurs ou d'avance sur recette ne représenteraient pas tellement, au fond, mais rien ne vous empêche de continuer à écrire sous le nom de Aline Tilleul et vous, qui défendez les droits des femmes, vous reconvertir en écrivaine érotique.

En tout cas il est absurde de laisser dilapider ce capital. Je vous laisse jusqu'à la fin avril
2008 pour y réfléchir. Si d'ici là vous assumez votre maternité dans cette ¦uvre et entamez les
démarches pour en assurer la diffusion qu'elle mérite, j'en serai ravi. Si au contraire vous
persistez à m'en attribuer la paternité, je l'assumerai bien volontiers auprès d'un éditeur-papier, qui ne manqueront pas de la reconnaître, vos mails et la possession des chapitres manquant faisant foi. Après tout, j'ai déjà publié une cinquantaine de livres reconnus partout, et ils m'ont rapporté plusieurs millions d'euros déjà. Vous ne vous rendez pas compte du cadeau que je vous ai fait. Mais maintenant, disparaissez de ma vie et de mon paysage, salope.

Je sais parfaitement pouvoir compter sur la discrétion de l'éditeur final pour ne pas en révéler le-la véritable auteur et j'assumerai, face aux rumeurs que vous ne manquerez pas de lancer, la même indifférence satisfaite que Jean Paulhan.

DSK Auteur (Dirty Sadic Killer)

Avertissement

C'est à des fins d'expérimentation numérique, d'édition sur amazon, que je publie la lettre que DSK (Dirty Sadic Killer) auteur m'aurait envoyée. Bien entendu, cette lettre est fictive. Malheureusement, elle n'a rien d'érotique.  Le canular littéraire "Aline Tilleul" continue ainsi, les âmes qui ne peuvent partir reviennent vous hanter.

 

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Angelilie 21/02/2017 14:37

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

Evy 30/01/2016 14:17

Un petit kikou pour te souhaiter une bonne journée bisous Evy

Bernieshoot 12/09/2015 11:14

effectivement la lettre n'a rien d'érotique