Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Aline Tilleul à la Foire du Livre belge



Hé oui ! même moi je me déplace de mon blog
à la 7e édition
de la 
FOIRE DU LIVRE BELGE


Cela se passe à quelques stations de chez moi,

au Centre Culturel d’Uccle (Bruxelles), rue Rouge, 47 plus précisément,

(d'où le choix de la couleur des caractères).

 

J'y fais deux rencontres vivifiantes, et je reconnais des gens, ici et là, connus dans une autre vie.

Ils ont suivi leur petit bonhomme de chemin, et ont beaucoup écrit.

Dans des livres papier à couverture brochée sous copyright, et bien sûr le code ISBN ...

 

De quoi donner quelque matérialité, un statut de pacotille à ce qui n'en a pas -

 

Le soir de l'inauguration, on m'offre des zakoustis et deux verres de champagne.  C'est très agréable : je rencontre quelqu'un avec qui je suis en relation virtuelle depuis bien des années !  Internet est un village, et nous vivons dans "le petit monde".

Avant d'avoir eu l'occasion de me présenter ... il sait déjà que c'est moi ... on s'était parlé à l'abord d'un stand. Il est plus mince que je ne l'avais imaginé.

Cet écrivain me raconte un peu ses coups de coeur, le long travail de traduction d'une écrivaine roumaine ...et aussi sa fatigue.  Une certaine désillusion transperce son regard sous les lunettes sages de scientifique aux talents multiples.

Il est vraiment adorable, m'offre l'un de ses livres (au lieu de le vendre !), m'introduit à un ami éditeur qui m'impressionne beaucoup (j'en parlerai une autre fois).

Puis je cherche les livres, j'écoute distraitement ...

Rien ne résonne ...  Il n'y a pas de voix.  La grande voix poétique qui m'a menée ici.  Il n'y a pas non plus le grondement du cyberspace, le grondement sourd d'une solitude universelle et vivifiante.

 


En gros, c'est l'hiver, il fait froid dehors, et la littérature ... brille toujours par son éternelle absence, une absence concertée, organisée, sociale.  Pas de scandale, surtout, pas un mot plus haut que l'autre. 
Une littérature technicienne et virtuose qui empile les invendus sur les invendus, et occupe le troisième âge (rien contre, du contraire, j'aide une toute vieille dame à transporter ses sacs de documentation; elle me raconte les derniers moments de son compagnon, il y a trois ans et demi, mais toujours cette souffrance d'avoir perdu l'être cher).

Il y a quelques jeunes aussi, des jeunes femmes à l'affût.

Mais l'on comprend vite que le public, qui ne s'est pas déplacé en masse pour fêter ses écrivants, n'a pas le feu sacré.

Pourquoi sont-ils venus, au fait ? pour toucher les objets-livres, passer le temps, et s'assurer que les écrivains sont des êtres vivants ?

 

Moi, je retourne dans mon cercueil cybernétique, et je vous le promets ...

personne ne brûlera mes livres, ni ma parole.  D'ailleurs, il n'y a rien à brûler ...

Ils sont enterrés au plus profond du secret, jetés sans discernement dans la mer cybersidérale qui se souvient de tout, de toute éternité.

 

 

CYBERSPACE IS OUR LAST FIGHTING GROUND

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marc 26/11/2009 14:51


Au fait ... un petit mot d encouragement tout de meme ...

Sincerement c est une question de temps et vous etes dans le bon, il faut perseverer.

Votre livre et un chef d oeuvre lorsque l on lit les banalites qui recoivent les prix Beidegger et meme une Marie Ndiaye je ne suis qu un modeste lecteur mais il n y a aucune comparaison avec votre
style, le livre et aussi ce blog, premier monument funeraire cybernetique.

L avenir est a vous ---
Mais j imagine la colere qui vous abrite a l evocation de tous ces nains qui vous masquent le paysage.


Je suis votre fan inconditionnel et j espere que vous survivrez a toutes les injustices qui ne devraient que vous renforcer dans votre voix unique et je le crois eternelle.


Marc 26/11/2009 14:30


Interessant de voir le temoignage d un vrai ecrivain lors d une foire du livre -

J espere qu a une prochaine occasion ils vous inviteront ...


Huguette 22/11/2009 07:32


j'ai inventorié quelque peu votre blog, chère Aline. Votre cercueil me fait penser à Mallarmé pour qui le livre est un tombeau, un bloc...
Pourquoi cette faim d'entrer dans le néant virtuel, il y a quelque chose d'un peu désespéré dans tout ça, mais c'est bien écrit, c'est vivant.(aucune contradiction avec ce qui précède)
Vous avez raison, à voir tous ces livres sagement rangés "pas de scandale, surtout pas un mot plus haut que l'autre", je pense à mon roman "tentation" si scandaleux pour les nouveaux
bien-pensants...
Cordialement
Huguette


Aline Tilleul 22/11/2009 10:47



Quelle Joie que cette visite : ainsi, du moins, la Foire du Livre belge a-t-elle favorisé les rencontres ...  Très juste le rapport à Mallarmé, et vous ne pouvez imaginer à quel point ...
Il vous aurait fallu lire les poèmes (j'espère que vous n'étiez pas dans ce jury) :
http://alinetilleul.over-blog.com/article-les-concours-de-poesie-sont-ils-pipes-39788451.html

Votre "Tentation", entre physique et métaphysique, a retenu mon attention, j'en ai lu le quart de couverture mais pas plus.

 
Les extraits de mon livre se trouvent ici :
http://www.eros-thanatos.com/Les-bons-comptes.html
http://alinetilleul.over-blog.com/pages/un-extrait-inedit-faire-et-se-faire-faire-1882724.html


Bien amicalement,
et à tout bientôt,

@line