Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Aline Tilleul n'est pas sur Facebook

 

 

 J'ai rencontré cet homme lors d'une promenade à Aix.  Fâchée de constater qu'un inconnu me suivait peut-être, mais sans trop y croire, distraite, à la faveur d'un incident de rue, nous nous sommes adressés la parole, sans y prendre garde.  Trop tard pour faire comme si de rien n'était, en le reconnaissant, après un mouvement de recul aussitôt chassé par le soleil resplendissant comme mesquinerie crasse de ma part, j'ai accepté la promenade qu'il proposait.  

 

Il avait une vision bouddhiste des choses, et ce petit parc inspirait la paix de l'âme.  Vraiment.   Tout bruissait vers une conversation à bâtons rompus, entre le souci d'en dire ni trop ni assez.

 

 

Beaucoup plus tard, dans une autre ville, le même homme réapparu, proposait de prendre un café en tête-à-tête.  Je lui ai dit de m'écrire sa vie en 10 pages, afin que je comprenne l'histoire, ou puisse l'inventer sur une base solide.

 

 

 

"La vie, c'est le purgatoire : on l'appelle la vie pour que les hommes payent et ne se suicident pas." me dit-il. 

 

"Faisons le bien et regardons nous dans la glace."

 

 

 

Quelquefois, tandis que nous passons, il arrive que notre invisibilité soit vue.  C'est un miroir magique.  Nous ne voyons pas l'autre qui nous perçoit.  Peut-être plus évolué que nous le sommes encore.  Dans cette vie-ci, ignorant ce qui nous a précédé et ce qui nous suit.

 

 

---

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article