Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Passion

arbre.JPG

Jaune et rouge. C'est le regard qui saisit la lumière, le sens, la beauté.
Le jardin en soi n'est qu'un lieu auquel le regard ajoute de sa superbe et de son émotion.
Feuilles jaunes comme des souvenirs mêlées aux baies rouges d'un amour sempiternel, avec quelques soupçons de vert et de brun sur les branches, pour faire diversion de passion.
L'arbre était peut-être au départ brun et terne, mais sa tristesse a révélé la lumière dense qui y était diluée, impalpable. Il est possible de la voir ou de ne pas la voir.


Ce jaune intense me rappelle les toiles de Van Gogh, cette pointe d'infini qui hante le regard.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mutigeorgine 31/12/2009 08:04


....j'aurais voulu mettre un commentaire sur "les femmes voilées"...mais impossible.....ça me désole profondément....ben je commence mal cette journée.....bah, la dernière de l'année.....


Aline Tilleul 03/01/2010 14:08



Curieuse de savoir ...

Essaie encore, à l'occasion ...


A +,
^line


mutigeorgine 31/12/2009 02:02


... Van gogh...c'est si souffrance, si douceur, si douleur...vincent, mon pauvre Vincent...si j'avais pu...mais ...si souffrance, si douceur, si couleurs, si douleurs...ô, mon Vincent,...mais que
l'éternité vous préserve enfin....vous,monsieur Vincent, monsieur Van Gogh....ô, je suis si triste, j'adore vos tableaux...et toujours me viennent des larmes ...enfin, une, puis deux...puis je
regarde encore...puis ça va...puis ...vos couleurs,la douceur...tant de souffrances, tant de douleurs...que l'éternité...


Aline Tilleul 03/01/2010 14:07



C'est bien lui -
ce jaune intense,
et ces yeux sans larmes -


Janou 29/12/2009 00:51


attention ces baies sont peut être empoisonnées, à l'image de certains amours ! bises.


Aline Tilleul 29/12/2009 02:00


Janou, je t'adore ! Voilà certes l'origine de la mini-tragédie d'Aline Tilleul : une passion-poison, où l'être qui se présentait comme celui qui allait donner, en fait, n'était au contraire qu'un
prédateur banal ... lui-même au demeurant proie d'une troisième en coulisse : la dominante déjà septuagénaire qui joue sur la culpabilité et la vanité. Mais qu'importe l'histoire et le passé
dépassé ? C'est le sens qui importe, un sens à interpréter ensemble. Celle qui écrit, celle qui lit, l'une et l'autre tour à tour, dans l'échange des rôles. A tout bientôt,