Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

La poésie partout

 
 
Ils écrivent tous. Ils déclament. C'est très curieux. Le divertissement. 
Finalement, seul le poète demeure dans le silence.
 
 
Ils étaient camionneurs ou jongleurs, préposés à l'accueil dans une administration, fonctionnaires ou ils n'étaient rien du tout.  Aujourd'hui, ils ont besoin du micro pour exsuder la haine, la colère, ou simplement "l'amour", les mots de tous les jours, les mots de la tribu. 
Soupape pour ne pas exploser ou choix citoyen.
 
Ils montent sur scène, créent l'inutile, spectacles et livres à vendre qui ne seront jamais achetés, ou par les amis  ...  Ils créent des maisons d'édition pour s'auto-promouvoir, prennent des cours de commerce.  Ils s'amusent", gonflent un peu un ego éphémère, soignent une image de réfugiés ... Souvent très jeunes, sans avoir vécu ... les élèves analphabètes surpassent forcément leurs maîtres ... sur les réseaux sociaux, à l'affut du talent des autres ... entre Grand Corps Malade et Ferré, faut-il choisir ?
 
Où sont les textes ?  où sont les voix ? relégués dans l'éternelle absence.
 
En même temps, ces mouvements poétiques de masse font signe au politique que la force est ailleurs.
On ne veut pas d'argent, mais de la poésie. 
On rappelle les voix détruites. 
Et si elles ne sont plus là, cette fois, faites place et saluez l'invisible.
Car cet invisible est finalement l'objet du désir de tous.     

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tahir Ahmed-Ouahbi 02/04/2013 14:53

J'ai adoré!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Seul le poète demeure l'unique voix du beau dans un monde qui s'enlaidi ...