Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Littérature

 

 

Peu de gens comprenaient cette démarche, purement littéraire, un peu en marge. S'il fallait trouver des explications, il n'y en avait pas, encore moins de raison univoque. L'histoire était complexe et comme la loi de Parkinson, emplissait tout, tout l'espace possible, le visible et l'au-delà.

 

 

Il n'y avait pas de raison psychologique, sociale, affective ou financière. 

L'histoire flottait dans son étrangeté, une aura de pureté.  Elle était éternelle, en même temps comme absente. 

Flottant dans sa propre absence.

 

 

Le clapottement emplissait l'espace, interne et externe : "Qui suis-je donc ?". 

Et tout bientôt, il sera sans doute même déjà trop tard pour le savoir.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article