Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Nos blogs littéraires sont des linceuls

Je découvre le blog de miss Catpower grâce à son commentaire sur l'un de mes textes.
Je l'aime beaucoup. J'aime ce qu'elle dit, et aussi cette voix derrière ce qu'elle dit (elle écrit depuis toujours).

Il me confirme dans un sentiment diffus que j'ai toujours eu, une pensée triste qui ne l'est pourtant pas : les blogs sont des linceuls. D'où renaît Lazare. (vous remarquez la renaissance après le point) -
Ils sont la tombe de nos pensées, mais aussi de la Chose littéraire comme transformation et expérience.
Ils renferment nos mots et nos morts, nos sentiments morts, les ossements des personnes adulées, après les cataclysmes.  C'est aussi le sens de Catpower au propre.
Un parent, un frère, un ami est mort.  Et dans ce monde-ci, ici, ils ne se reverront ... jamais.

Ces blogs, honneurs à ceux qui sont tombés, dans la vie ou en littérature, sont pourtant à l'évidence l'avenir de la littérature.  Car ils sont l'avenir de la pré-science de quelquechose comme l'intelligence collective.
La technologie nous donne l'Art comme elle nous a donné la parole, nous les obscurs, dans la fausse évidence de l'é-cri-t.
Que la parole et toute pensée soient livrées à tout chacun, dans la communion, dans une générosité prodigieuse et indiscutable, tel est le prodige des blogs, paroles errantes à travers les uni-vers qui se connectent et se déconnectent à l'infini sans traces.
C'est tout le vieil univers littéraire qui s'écroule dans la poussière de ses privilèges de pacotille (pour combien de temps encore ?).
La création se situe désormais ici, dans l'espace infini sans compromissions,

dans un dialogue infini et ininterrompu.


"Un peu d'éthique dans les TIC" ?  Quelque scandale dans le schmilblik.  Enrobés de pub, il est vrai, parcellaires, incomplets et résolument non parfaits, ils donnent prise à la critique, à la moquerie, à l'indifférence.  Quelques prédateurs en possèdent les droits et les arcanes, et font là leur Loi. Nos fautes d'orthographe, les fautes de style, les balbutiements, les longs silences, le manque d'audience et de patience.
Ici, nous ne communiquons pas, l'on se croise, tout au plus, comme dans les trains. 

Ou alors cette communication essentielle se fait par fragments  "comme sur une surface de Riemann".


Sur mon blog, je n'ai besoin de parrain ni de compromission.  Je n'ai pas à être d'une filiation quelconque.
Lilith, je suis libre.  Personne tient son journal et devient Monsieur ToutleMonde.

Libre de dire les choses que je vois, que je ressens, que j'ai vécues.  Libre de leur donner cette forme d'intégrité qui me caractérise et par laquelle je pourrais facilement sombrer.
Grâce à mon blog, j'ai peut-être déjà sombré, franchissant le pas ineffable qui ne me sépare plus de l'Autre, ni de personne, et m'expose sans fin à la perte sans fin et à l'éternel recommencement.



Il faut être bien mort bien des fois déjà, et pour ainsi dire enterré, pour parler ainsi.

Il faut de puissantes racines d'olivier pour revivre et renaître ainsi à chaque tournant de phrase, à chaque rencontre imposible, différée dans l'espace, à chaque écho de voix, à chaque commentaire ami qui surprend et revivifie le bois mort du vieil arbre mité.  Mais l'espace et le corps sont là où l'esprit les porte ...

L'Ami revient, celui qui porte avec lui, comme une brindille, la parole de vie ...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

tahir ahmed-ouahbi 29/04/2012 17:06

Quand la nuit se fait si envahissante
Quand le silence se fait si glacial
Quand les étoiles brillent leur éclat
Quand la lune se fait belle
Dans un ciel de brume …
Quand nos cœurs soupirent
Et nos rêves s’entourent de brume
Nous veillerons au chevet de nos vies si fatiguées …

Chantal 01/09/2011 12:06


Dans les échanges de mots l'on retrouve le plus beau... car ils décrivent ce qui est et reste à jamais... trace de ce qui a été... qui à changé ou perduré... ils sont source d’apprentissage pour
devenir plus sage... ils sont exutoire... de notre vie le miroir... marque de ce que l'on est et a été... pour toujours gravé...


Aline Tilleul 02/09/2011 19:19



 


Merci Chantal, pour ces pensées profondes ...


 



Cyrod 23/04/2010 13:41


Des linceuls ?
Des tombes !
Dont nous ornons les murs avec soin...
Et qui nous précède dans l'immobilisme mortuaire !

L'archéologie du futur sera-t-elle numérique ?


Leuncelot 17/12/2009 14:36


Je propose une chute, une !
http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre27362.html


Aline Tilleul 14/12/2009 14:00


J'adore ce pseudo : Linceulot ...
Linceulot qui hante la tombe cybernétique d'Aline Tilleul : génial --

Quant à "dominer" le ??? "top twenty", ne reste pas dans un trip sans intérêt.
Tu as tout de même bien deviné comment ils le font ???
Le "talent" n'y est évidemment pour rien.


Le "talent" étant un ensemble de choses, qui comprend également et surtout la personnalité.

Je veux dire que les êtres médiocres, quoi qu'ils écrivent, n'y accèdent jamais ...