Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Souvenirs de rien

 

Tous ces mots, ces fragments, ces petits bouts de rien, ne représentent personne,

aucun souvenir.

Ils sont une forme d'oubli, au-delà des vivants et des morts, lorsqu'en creusant la phrase, le sempiternel Néant résiste comme une roche.

 

 

Elle ne dit donc rien, ne s'adressant à personne,

dans la solitude essentielle d'une oeuvre impossible à relire,

parce qu'elle n'a jamais eu lieu, et donc, recommence infiniment.

 

 

Ce qui recommence n'a pas de commencement, porté par le vertige de l'absence de temps.


Un nihilisme joyeux ...  fasciné par l'autre côté, celui de la lecture, du lecteur qui apprivoise tout ceci,

en toute amitié.
Une amitié distante, un peu froide, et sans compréhension.


Ca ne fait rien,

nous avons l'éternité pour ne pas nous rencontrer.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article