Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Une forme de vie

 

 

Etalés partout en grande quantité, sur des montagnes de rangs, "Une forme de vie" de notre terrible compatriote me fait craquer.

Comme d'habitude je lis d'un bout à l'autre sans interruption un roman facile et agréable à lire.  Il coule de source, et on achoppe à peine sur quelqu'expertise linguistique affectonnée par l'auteur, ici et là. Immuablement, il obéit aux principes classiques "unité de temps, unité de lieu, unité d'action".  La même formule qui depuis des années colle à l'image excentrique d'Amélie Nothomb, qui au fil de l'écriture apparaît de plus en plus sympathique et philosophe, tout en gardant bien sûr l'excellente opinion d'elle-même qui se compara un jour à ... Dieu lui-même.  Marketing oblige.  Le roman se termine par une note très humaine "Et ta vie impossible sera finie.  Tu seras libérée de ton principal problème qui est toi-même."  Je faisais justement ce commentaire à une presque collègue tout récemment : c'est un cas banal. La divine Amélie s'humaniserait-elle enfin ?

uneformedevie.jpeg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article