Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aline Tilleul

La Fille qui n'aimait pas ses seins

Violence

 

 

 

Une histoire d'une violence inouïe, aux limites de l'indicible ---

 

 

J'oppose à la poésie l'expérience du possible.  Il s'agit moins de contemplation que de déchirement, une fulguration, l'apothéose d'une expérience en phase avec son essence.

 

 

Je suis revenue à l'église Saint-Antoine, mes pas m'y ont ramenée comme aimantés.  L'immobilité de l'air dans la froidure me frappa, me glaça les sangs.  Il régnait là le silence d'éternité qui plombe le coeur. 

Je cherchais dans les pierres, dans le bois, une explication à l'énigme qui m'avait terrassée.

 

Tous les jours, il était donc passé par là.  Et en contemplant cette église j'avais l'impression de capter cette mémoire maléfique.  Son regard était rivé en moi, étrange et ironique.  Ses pensées, perdues, résonaient dans l'univers.  Je les captais, elles faisaient partie de moi.  Au fond, j'avais toujours su ce que je savais.  Je savais aussi qu'il ne reviendrait jamais ici.  C'était cela qu'il avait toujours voulu imprimer à notre histoire.  Pourquoi ? La question résonait comme un saisissement.  Elle n'avait aucun sens.  C'était ...

 

 

Et ce qui fut dans le temps, écartelé, à jamais revient, inachevé ...

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article